7 choses à savoir pour éviter un mauvais storytelling

Lorsque vous souhaitez mettre en place une véritable stratégie de storytelling, il y a des bonnes pratiques à connaître. Mais il y a également des points de vigilance auxquels il vous faut prêter attention. Même si votre histoire est digne de recevoir un oscar, certains points peuvent réellement transformer une belle histoire en véritable cauchemar et engendrer un bad buzz.

Quatre Deux Deux, spécialiste en communication, fait le point avec vous sur les 7 points de vigilance qui peuvent transformer votre storytelling en véritable bad buzz !

Faites attention aux mots que vous utilisez

Instinctivement, nous choisissons un vocabulaire qui nous ressemble, que l’on connaît et que l’on maîtrise. Cela implique les mots, la tonalité, etc. Il s’agit d’un facteur très révélateur de notre personnalité. Cependant, notre vocabulaire ne correspond pas forcément à l’audience que nous souhaitons cibler.

On peut également utiliser de l’argot ou des expressions régionales lorsqu’on vient de province. Par exemple, durant des années Paris avait comme expression “pire” alors que Bordeaux utilisait “gavé” et Toulouse “grave” par exemple. Cette expression permet de renforcer un sentiment, un fait, etc.

Dans le marketing, les mots ont leur importance. Demandez-vous s’il y a des mots que l’audience visée peut ne pas comprendre ou ne pas utiliser. Ou l’intonation que vous souhaitez utiliser n’est-elle pas trop académique et stricte ?

En bref, demandez-vous si par rapport à votre audience et au sujet, votre attitude est la meilleure possible !

La grammaire, la base d’un bon storytelling

Bien que l’argot ait pu modifier la grammaire, en communication une bonne grammaire reste la base d’un bon storytelling. Afin de réussir à bien diffuser votre message, il va être important de bien construire vos phrases, de leur donner du sens. 

Et dans la grammaire, il y a également la ponctuation qui a toute son importance. Une absence de ponctuation peut totalement changer le sens d’une phrase. Par exemple “Et si on mangeait les enfants ?” face à “Et si on mangeait, les enfants ?”

Vous n’avez pas besoin d’être grammaticalement parfait, mais il faut absolument faire attention aux sens de vos phrases afin d’éviter un effet contre-productif pouvant nuire à votre stratégie.

L’orthographe, un sujet qui peut vous discréditer

Vous le savez, nous le savons, l’orthographe est un sujet à débat depuis le début des années 2000 lorsque les téléphones portables se sont démocratisés et avec eux les premiers forfaits qui n’étaient pas illimités.

Pourtant, c’est un sujet qui peut réellement vous discréditer auprès de votre audience et des prospects que vous cherchez à conquérir. Relisez-vous et si vous n’êtes pas sûr de vous, demandez à quelqu’un de vous relire.

D’autant qu’il existe de nombreuses solutions pour pallier à cette problématique.

La chronologie de l’histoire, la clé du succès

La chronologie de votre histoire est primordiale. C’est elle qui va donner du sens à ce que vous racontez et qui va faciliter la compréhension de votre audience. En mettant en place une chronologie, le lecteur se perdra moins facilement et aura plus de facilités à vous suivre.

Pour une bonne chronologie il y a des points importants à connaître et à respecter :

  • Mettre en place une situation de départ afin que votre lecteur ait déjà un environnement dans lequel se projeter
  • Énoncer la problématique. Cela permettra de visualiser le contexte de votre histoire
  • Créer des aventures pour résoudre la problématique. Cela donnera à votre lecteur l’occasion de se plonger dans votre histoire et vous y mettre du mouvement, de l’action
  • Apporter la solution. En proposant une solution au problème, vous pouvez mettre en avant un produit ou votre marque et vous créez une position de “héros”

Rappelez-vous qu’une bonne histoire est un peu comme un itinéraire de voyage. Est-ce que vous donneriez un itinéraire à l’envers vous ?

Les incohérences qui peuvent perdre votre client

Tout le monde n’est pas conteur et il est difficile de créer une bonne histoire qui fonctionne. En effet, lorsque vous cherchez à créer une bonne histoire, vous devez vous assurer que les informations importantes seront celles retenues par votre audience.

Évitez d’ajouter trop de détails à votre histoire qui peuvent avoir tendance à perturber l’équilibre de votre histoire. De plus, lorsque vous allez créer votre histoire, faites bien attention à ce que l’ensemble soit cohérent. Sinon votre audience risque de ne pas comprendre votre histoire. Et il ne restera alors qu’un sentiment d’incompréhension chez vos clients éventuels.

Vos objectifs peuvent être multiples comme vendre un produit, un savoir-faire ou créer une identité de marque par exemple. Il est donc important que votre storytelling soit clair et cohérent afin d’éviter que vos prospects ne se détournent de vous.

Soyez clair vis à vis du message à transmettre

Alors oui, le monde n’est pas tout noir ou tout blanc. Cependant, ne pas prendre position dans certains cas peut totalement vous nuire. Il est important que vous assumiez vos choix, de façon à ce que vos valeurs soient facilement compréhensibles dans vos campagnes de communication.

De plus, cela permettra à vos clients et futurs clients de rapidement vous identifier selon leurs attentes et leurs propres valeurs. Réfléchissez au message que vous souhaitez transmettre et essayez de le dire le plus simplement possible.

Un message clair et simple est beaucoup plus efficace qu’un message compliqué rempli de contradictions.

Évitez les contenus offensants

Même si ça peut vous paraître évident, nous préférons le souligner. Car ce qui est évident pour certains, ne l’est pas pour tous.

Notre société connaît actuellement de nombreux changements. Et les marques utilisant l’humour pour diffuser des contenus offensants sont rapidement boycottées par les consommateurs. Il est donc important d’éviter tout type de contenu offensant.

Vous pouvez ne pas être d’accord avec certaines choses à titre personnel, mais dites-vous que là c’est votre marque qui s’exprime. Gardez-donc vos opinions personnelles pour un cercle privé et cherchez à créer un environnement bienveillant autour de votre marque.

En bref, vous l’avez compris. Le storytelling a des codes à connaître et à respecter afin d’éviter les bad buzz. Et soyons honnête, nous ne sommes pas tous des conteurs nés, sauf chez Quatre Deux Deux, alors si vous avez besoin de conteurs, n’hésitez pas à nous contacter.

Raconter votre histoire est notre passion et nous avons hâte de la raconter pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress Cookie Plugin by Real Cookie Banner